Restauration d’un chronomètre Le Roy

La photo ci-dessus est celle d'une montre dite « Marine », très rare et réalisée par la maison Le Roy.

Pas moins de 190 heures ont été nécessaires pour la restauration de cette magnifique pièce de technologie.

Données techniques et descriptives :

- Mouvement monté sur « cardans »*.

- Boîte en laiton.

- Lunette à vis.

- Mouvement à détente.

- Balancier à masselottes autocompensées.

- Réglage par raquette micrométrique.

- Barillet avec arrêtage muni d'un différentiel pour l'indicateur d'armage.

- Sur le cadran principal : deux cadrans (à 12 heures : le cadran de la réserve de marche gradué de 0 à 59 heures ; à 6 heures : le cadran de la seconde).

 

* Le système de blocage par « cardans » permettait une immobilisation du mouvement pendant le transport.

Cette montre possède également un système de fermeture à clef de la vitre : seul le « commandant de bord » était en possession de celle-ci.

Pour la petite histoire :

La maison Le Roy fut fondée en 1785 (au Palais-Royal). Le Roy fut horloger du roi ainsi que du ministère de la Marine en 1835.

C'est en 1823 qu'il déposa son fameux brevet pour une horloge de type « atmosphérique » : le mouvement se remontait de lui-même grâce à une girouette sous l'effet du vent.

Enfin, son père, Bazile-Charles, fit également des pièces d'horlogerie pour une pléthore de personnalités telles que Napoléon, le duc de Bourbon, la princesse Pauline, etc.

 

Restauration d’un réveil

Voici ci-dessus la photo d'un modèle ancien de réveil en cours de restauration.

L'entourage en cristal de roche étant brisé, nous avons dû en retailler un nouveau dans un cristal de roche parfait (très limpide).

Nous avons également restauré l'habillage (restauration de la rangée de perles) qui était très endommagé.

Enfin, pour achever cette restauration, une révision mécanique fut nécessaire, ce qui a demandé la fabrication de pièces à la main.

 

Restauration d’une pendulette Oudin

La pendulette que vous voyez ci-dessus est de Charles Oudin. Nous l’avons entièrement restaurée. L’horlogerie Oudin est d’une grande qualité, d’où la nécessité de subir une restauration par un horloger hautement qualifié.

 

Pour la petite histoire :

Charles Oudin (né en France en 1772) fut l’apprenti de Louis Breguet.

Par la suite, il développa son propre style et sa marque, en devenant fabricant en horlogerie et fournisseur officiel de la marine française.

Aujourd’hui, la célèbre marque renaît de ses cendres avec des pièces d’horlogerie haut de gamme équipées de mouvements suisses.